Théâtre de la Jacquerie : Dorian Gray et son portrait [Une adaptation 2004 d'un roman d'Oscar Wilde 1890, réécritures]

Publié le par Maltern


[Extrait d'une adaptation du célèbre roman d' Oscar Wilde The Picture of Dorian Gray par le Théâtre de la Jacquerie. Cette troupe de théâtre de création née dans les années 70 par des comédiens issus de l'Ecole de Jacques Lecoq a poursuivi une trajectoire qui l'amène à explorer les diverses possibilités d'un théâtre populaire utilisant les ressources du théâtre du geste, du bouffon, du conteur, du clown de scène et récemment de la marionette dans ses créations ou adaptations. Les ellipses, dans l'écriture scénique et une veine souvent comique en sont la marque. Ce spectacle fut créé à la Comédie de Picardie co-productrice en 2004. Le spectacle a été conçu dans une scénographie permettant les transformations à vue des lieux et les changements à vue des comédiens. Pour un travail sur l'adaptation d'un Roman et les techniques du récit on pourra se référer à la version cinématographique d'Albert Lewin,  The Picture of Dorian Gray, 1945, à la version pour la scène de Cocteau, Le portrait surnaturel de Dorian Gray 1909, et à l'adaptation en BD de Stanislas Gros, Le portrait de Dorian Gray, qui est toute récente et remarquable : (Delcourt 2008). Sur le mythe faustien de l'éternelle jeunesse et du pacte avec le diable on pourra lire la Peau de chagrin de Balzac, sur la perfection en peinture Le chef d'Oeuvre inconnu du même , ou également l'Oeuvre de Zola

La fable :  Dorian Gray est d'une beauté qui fascine son ami peintre Basil Hallward qui fait son portrait, sa plus belle œuvre :: « J'y ai mis trop de moi-même ». Dorian rencontre Lord Henry, dit Harry, un ami de Basil, dont l'hédonisme et le dandysme vont séduire le jeune homme. Dorian fait alors le vœu que le tableau vieillisse à sa place lui, restant éternellement jeune. Il rencontre Sibyl Vane, jeune comédienne qui le fascine dans le rôle de Juliette, il lui promet le mariage. Mais Sybil amoureuse dans la vie, devient mauvaise amoureuse sur les planches... et Dorian la répudiera la poussant au suicide. Suit alors un long parcours de déchéance pour Dorian qui reste toujours beau mais devient criminel. Dans une chambre secrète le tableau lui s'enlaidit chargé de tous les crimes... le dénouement s'un fantastique digne des nouvelles d' Edgar Poe...]

Le texte complet de l'adaptation en suivant ce lien a---DORIAN---Version-mollot-corrig-e.docAdaptation Dorian Gray Théâtre de la Jacquerie


La conteuse : (Musique suggérée)

« L'Artiste ?

C'est le créateur des belles choses

l'Art... c'est révéler la Beauté

Que l'artiste lui reste dans l'ombre »

Préface de l'auteur

Oscar Wilde

Chapitre 1 !

Atelier de l'Artiste

Riches senteurs des roses

Parfums lourds des lilas du jardin

La brise d'été qui agite les arbres là-bas est entrée par la porte

Chargée de roses et de lilas

Des ombres fantastiques glissent sur les rideaux

Traces fugitives du vol des oiseaux

Comme des effets japonais

L'odeur des cigarettes de Lord Henry

Une odeur d'Opium qui se mêle aux odeurs de miel

Et ce silence...

Que le murmure des abeilles obstinées rend plus lourd...


(Elle imite le bourdonnement des abeilles... BZZ... BZZ...)


Le silence

On devine à peine les rumeurs de Londres dans le lointain


(Lord Henry vient rejoindre le peintre ils regardent le portrait.)


Sir Henry : Basil

C'est votre plus belle œuvre

Ce que vous avez fait de mieux

Il faudra absolument l'envoyer au Salon

Absolument

Basil : Henry

Je pense que je ne l'enverrai nulle part


Sir Henry : Mais pour quelle raison sensée cher ami ?


Basil : J'y ai mis trop de moi-même.


Sir Henry : (il rit) Trop de vous-même... !

Quelle vanité Basil !

Quelle ressemblance entre vous et ce pétale de rose

Ce jeune narcisse

Votre être, oui, respire l'intelligence

Mais la véritable Beauté s'efface lorsque pointe l'intelligence

L'intelligence Basil...

Ça parle mais ça rend laid

Votre jeune, mystérieux, fascinant ami

Est Beau

Depuis quand la Beauté aurait-elle besoin de cervelle ?

Il faut garder ici cette Créature

L'hiver elle remplacerait les fleurs et l'été elle nous rafraîchirait de

Notre Intelligence

Cessez de vous flatter Basil

Vous ne lui ressemblez pas pour une goutte


Basil : Vous n'avez rien compris

Je dis que lorsque les Dieux nous donnent

A vous Harry le Rang et la Fortune

A moi l'Intelligence et le Talent

A Dorian Gray l'insolente Beauté

Je dis que nous le payerons tous

Nous aurons à souffrir


[...]

La conteuse : La porte est ouverte

Une poussière dorée danse dans les rayons du soleil

Tout semble alourdi par le parfum des roses


Basil : Cette fois il est complètement terminé


(Tous se précipitent sur le tableau).


(Musique)

Sir Henry : C'est le plus beau portrait de notre temps

Mr Gray venez-vous admirer


Dorian Gray : Il est réellement terminé ?


(Dorian Gray vient craintivement voir le tableau, hésitation, découvre sa beauté, esquisse une fuite loin du tableau)


Basil : Tu as admirablement posé aujourd'hui

Il ne te plait pas ?


Sir Henry : A qui ne plairait-il pas ?

C'est un chef d'œuvre

Je le veux

Je vous en donne ce que vous demanderez


Basil : Je n'en suis pas propriétaire Harry


Sir Henry : A qui appartient-il ?


Basil : A Dorian bien sûr

(silence)


Dorian ? Qu'y a-t-il ?


Dorian Gray : Je suis triste...C'est triste

Je vais vieillir devenir horrible et effrayant

Et ce portrait restera toujours jeune

Si seulement ce pouvait être le contraire

Que moi je reste toujours jeune

Que le tableau lui devienne vieux

Je donnerais tout pour cela

Je donnerais mon âme pour cela


[...]

[...]

Lord Henry : N'épousez jamais une femme aux cheveux paille, Dorian.


Dorian Gray : Pourquoi Harry ?


Lord Henry : Elles sont trop sentimentales

Elles portent des toilettes conçues dans la fureur et ajustées dans une tempête...


Dorian Gray : Mais j'aime les passionnées


Lord Henry : Ne vous mariez jamais


Dorian Gray : Henry ?

Je suis trop amoureux aujourd'hui pour me marier


Lord Henry : De qui donc ?

 

Dorian Gray : D'une actrice


 Lord Henry - Banal !


[...]


(Entrent Dorian et Sir Henry qui viennent s'asseoir avec les spectateurs)


Sir Henry : Oh, c'est amusant, ici c'est plein de pauvres ! Etre bon voyez-vous Dorian

C'est tout simplement être en harmonie avec soi-même

C'est notre vie à nous qui importe le plus

C'est l'individualisme qui propose l'objectif le plus noble

Et quel est le principe de l'individualisme ?

Le « plaisir » Dorian... Le plaisir !

Ah ! Le théâtre

J'adore le théâtre

C'est tellement plus vrai que la vie


Dorian Gray : Vous allez enfin la voir, Harry

Elle va rendre sensibles comme des violons

Faire rire ou pleurer à volonté

Ces brutes vulgaires aux visages épais


(Les trois coups résonnent, le rideau du promontoire s'ouvre, Roméo escalade le balcon. Juliette-Sybil est sur le promontoire, immobile)


Dorian Gray : La voilà celle a qui je vais consacrer ma vie !


Sir Henry : Charmante ! Délicieuse !


(Applaudissements)


La conteuse : (elle traverse la scène et descend dans le public)

Ce soir la salle est pleine à craquer

Sybil Vane entre sur un tonnerre d'applaudissements

Ah ! Elle était belle sans conteste

Son cou comme un lys blanc ses mains comme de l'ivoire

L'orchestre joue quelques mesures

Mais là... qu'est-ce qu'il se passe ?!

On dirait qu'elle recule et que ses lèvres tremblent...

Roméo est là et elle reste là indifférente ?!


(Pendant la scène de Shakespeare, Sybil est comme absente. Elle cherche Dorian du regard. Le Directeur-Roméo panique, tandis que la conteuse, dans la salle, avec le public, lance des quolibets.)


Directeur- Roméo - ... Mes lèvres sont toutes prêtes à guérir ta souffrance

 

Juliette - Réserve tes baisers à la paume de mes mains... beau pèlerin...

... garde tes lèvres pour prier...

 

Directeur- Roméo - Exauce donc mes lèvres...

(Il l'embrasse un peu en force)

- ( a parte ) Mais qui elle regarde bon dieu... ?

 

Juliette - ... il y a de la religion dans tes baisers...

Ah ! Dois‑je naître à l'amour par si grand miracle

Qu'il faut que je me donne à l'ennemi de mes pères ?!


Directeur- Roméo - Ah je la sens pas ce soir...


Conteuse 1 - (public ) C'est vrai qu'elle est bizarre

Elle ondule d'accord mais c'est l'intonation

La couleur de la voix qui va pas

Ah la fameuse scène du balcon peut-être que...


Directeur- Roméo - Oh ! Oh ! quelle lumière brille à cette fenêtre?

Mais oui c'est l'Orient et Juliette est son Soleil !


Juliette - Hélas!...

 

Directeur- Roméo - Oh... ! Parle encore, ange de lumière...


Juliette - Ô Roméo, Roméo! Pourquoi es‑tu Roméo!

Renie ton père et refuse ton nom ...

Une rose sous un autre nom sentirait bien tout aussi bon...

Roméo, défais‑toi de ton nom ...et prends‑moi tout entière !

 

Conteuse 1 - (public) Toujours pas hein...


Directeur- Roméo - (de plus en plus en force)

Appelle moi « Amour » et ce nouveau baptême

Aura fait oublier Roméo de la lignée des Montagu !


Juliette - Oh quelle est cette voix ? Qui est-ce dans l'ombre de la nuit ?

 

Directeur- Roméo - L' « Amour » tel est mon nom


Juliette - N'es‑tu pas Roméo un fils de Montaigu ?

S'ils te trouvent dans ce verger ils te tueront...

 

Directeur- Roméo - Hélas plus de périls sont dans tes yeux

Que dans vingt de leurs glaives. Souris‑moi...


Juliette - Qui t'a guidé jusqu'ici?

 

Directeur- Roméo - (a parte et bas à Sybil)


- Bon Dieu regarde moi, moi !

(en  force )


L'amour fut mon pilote dans la nuit

Sur ses ailes j'ai volé par‑dessus les murs

Rien n'a pu l'arrêter je suis dans le verger !


Conteuse 1 - Quand ç'est parti comme ça, c'est foutu...


Juliette - Je me cache ô mon amour sous le masque de la nuit

Adieu mes bonnes manières : M'aimes‑tu ?

Si tu m'aimes proclame‑le... Pardonne cet abandon

Dans cette nuit trop sombre ma conduite est légère,

Mais mon âme reste noble et à jamais fidèle

 

Lord Henry - Elle est jolie Dorian mais est-ce une actrice ?

Allons-nous en... nous allons souffrir


Dorian Gray - navré d'avoir gâché votre soirée Henry c'est stupéfiant


Lord Henry - C'est très mauvais pour le moral


Dorian Gray - Ne voyez-vous pas que mon cœur se brise ?


Lord Henry - Allons-nous en

 

Dorian Gray - Non je reste


(Sir Henry sort)

Directeur- Roméo - Ma Dame, je le jure sur cette lune sacrée...


Juliette - Non pas sur la lune cet astre est inconstant

J'aurais trop peur


Directeur- Roméo - (à Sibyl bas mais très énervé)

- Si tu fais exprès tu le dis et on baisse le rideau !


(Hurlant avec la force du désespoir dans les grands désastres)


Oh Vierge divine ! Oh...vas‑tu donc me laisser insatisfait?

Pourquoi ô mon amour ?


Conteuse 1 - Non... Non... là c'est le fiasco... Le Fiasco total !

Elle a vidé la moitié de la salle...

Ceux qui restent c'est pour du foutage de gueule...

On arrête tout !


(Sybil radieuse vient en bord de scène vers Dorian)

 

Sybil : J'ai mal joué ce soir Dorian

 

Dorian Gray : Affreusement ! Tu devais être malade


Sybil : Dorian, tu ne comprends pas ?


Dorian Gray : Comprendre quoi ?


Sybil : Pourquoi ce soir j'étais mauvaise

Et que je ne jouerai plus jamais bien


Dorian Gray : C'est ridicule

Mon ami s'est ennuyé, je me suis ennuyé


Sybil : Dorian, Dorian

Avant de te connaître le théâtre était tout

Je ne vivais que sur scène

La joie de Béatrice était ma joie, les chagrins de Cordélia mes chagrins

Je vivais dans l'univers des décors peints

Tu es venu mon bel amour tu as libéré mon âme tu m'as appris la vraie vie

Ce que c'est que d'aimer pour de vrai

C'était la première fois ce soir

Que Roméo m'apparaissait affreux, vieux, maquillé

Que le Verger le clair de lune n'était que des décors vulgaires

Et que les paroles que je disais n'étaient pas les miennes qu'elles étaient écrites

Tu m'as apporté la vie mon amour, le vrai amour

Tellement plus beau et plus élevé que ses reflets pour la scène

Tu m'as fait comprendre, mon amour !

Mon Prince Charmant...

Je suis entrée en scène assurée d'être admirable et tout s'est écroulé

J'ai haï ces lumières et ces ombres de théâtre

Le jour s'est levé en moi

Le public sifflait mais moi je souriais

Que pouvait-il savoir d'un aussi bel amour ?

Dorian, Dorian emmène moi loin du public

Je suis amoureuse et ne veut plus jouer la comédie d'amour

C'est comme un sacrilège je hais le faux je veux vivre

Tu comprends...


Dorian Gray : Vous avez tué mon amour

Vous enflammiez mon imagination et j'aimais ce génie

Que vous aviez à donner vie aux rêves des grands Poètes

Mais qu'êtes-vous désormais ? Rien.

Une jolie fille un peu stupide et prétentieuse

Vous auriez pu être une Artiste et vous n'êtes qu'une amoureuse

Adieu j'espère oublier votre nom




Commenter cet article