L'illusion théâtrale : identification et aliénation idéologique dans le Théâtre de Boulevard

Publié le par Maltern

L'illusion théâtrale : identification et aliénation idéologique dans le Théâtre de Boulevard

[Le théâtre de Boulevard est bien celui de la bourgeoisie, mais entre la bourgeoisie révolutionnaire de 1789, la bourgeoisie de la Restauration, du IIIème Empire, puis des années folles, le fossé se creuse entre une grande bourgeoisie d'affaire et une petite bourgeoisie. A quoi rêvent les petits bourgeois ? Ils rêvent d'être des grands bourgeois... !  Le théâtre de Boulevard d'une manière très subtile fera partie de cette culture petite-bourgeoise : on rêve qu'on est un autre, (alius) on s'identifie à lui. Très bel exemple de l'analyse psychosociologique de « l'aliénation culturelle » que développeront Marx et Engels à la suite de Feuerbach]


« Dans la longue histoire du théâtre de boulevard, les modes, les esthétiques, très diverses, ont souvent changé. Un point commun cependant les rassemble : le faux-semblant.

C'est un théâtre qui ne doit à aucun prix déranger, ni choquer. Le public n'y trouve qu'un divertissement facile, une émotion complice au spectacle de passions inoffensives, comme aseptisées par l'adhésion commune à une morale conventionnelle.

[...] Ce goût de l'illusion, cette fuite devant la réalité étaient en quelque sorte normaux, innocents, dans le premier Boulevard, celui de la féerie et du mélodrame, des vaudevilles à couplets, des pantomimes, des farces, des parodies. Il était l'essence même du théâtre. Mais lorsque, plus tard, le Boulevard a voulu copier la réalité, lorsqu'il s'est fait réaliste et psychologique, la nécessité du faux-semblant l'a obligé à bien des distorsions. Il a, peu à peu, mis au point un « effet d'éloignement » qui ne doit certes rien à Bertolt Brecht : c'est un déplacement plus ou moins subtil, une « mise à côté » des hommes et des choses, qui, les rendant légèrement faux, leur retire tout danger.

Les moyens de ce déplacement sont divers : longtemps, le Boulevard a tiré parti des prétentions aristocratiques de la bourgeoisie (d'où les nombreux personnages à particule du théâtre de Scribe et de Dumas fils) ; puis il s'est servi de la richesse, de l'élégance qui projettent le spectacle dans un univers un peu irréel, l'idéalisent, et qui provoquent chez le spectateur une agréable identification avec un monde qui, socialement, le domine. Les mots d'auteur, la frivolité, la fausse légèreté servent aussi cet effet d'éloignement, ainsi que le pittoresque géographique : les rois sont toujours balkaniques, et les milliardaires, sud-américains. Les exemples de ces déplacements seraient innombrables.

Le Boulevard actuel a, bien évidemment, lui aussi ses méthodes de déformation : il grossit exagérément le trait, il caricature et, à l'imitation de l'héroïne de Goldsmith, il « s'abaisse pour triompher ». C'est-à-dire qu'il choisit de préférence ses personnages dans des milieux de haut rang social, mais qu'en même temps il les réduit à des modèles petits-bourgeois. Ainsi, le grand banquier ressemblera à un notaire de province, la milliardaire à une commerçante parvenue, l'élégante à une bourgeoise endimanchée. » 

[Daniel Zerki, EU, art . TH. De Boulevard]


Commenter cet article