Gignoux : Le Théâtre Louis Jouvet , une symbiose auteur, acteur, public

Publié le par Maltern

Le Théâtre Louis Jouvet , une symbiose auteur, acteur, public

Une troupe, une école dramatique, ne se fondent vraiment que le jour où l'auteur, l'acteur et le public se sont mis d'accord. Louis Jouvet a su réunir ces trois collaborateurs dans son théâtre, les associer et maintenir leur entente. Tout ce que l'on pourrait ajouter à cette constatation de fait ne serait que conférence scolaire ou parade foraine, indigne également de Louis Jouvet et de son public.

Le répertoire va de Molière et Mérimée à Jean Giraudoux et Jules Romains. La filiation est évidente. Le Médecin malgré lui alterne avec Knock; le Carrosse du Saint-Sacrement avec Amphitryon 38. Opposant à ces thèmes éternels le plus puissant des problèmes contemporains. Siegfried demeure à part, tragédie nouvelle. Enfin en manière de récréation, dans l'atmosphère de la comédie italienne fiabesque, le programme comprend Le Prof' d'anglais que soutient, illumine la poésie de Shakespeare.


Et pourquoi présenter les acteurs ? seconds éléments de l'association tripartite? Il appartient au public de constater s'ils s'accordent avec les auteurs; ce faisant, il apportera à son tour sa part indispensable de collaboration, et l'école dramatique se trouvera réalisée. Un simple avis : que ce mot école n'effarouche personne. Les acteurs du Théâtre Louis Jouvet ne sont aucunement dogmatistes. Ils se gardent de prendre des hypothèses, des présomptions pour des certitudes. Vous verrez qu'ils ne se gargarisent pas de suffisance immobile.

De mème, ils n'attendent rien du hasard, comme trop d'expérimentateurs qui prétendent apporter du nouveau à tout prix, à tout risque. « Le nouveau, a dit Léon-Paul Fargue, n'est viable qu'à l'âge de raison, et alors il n'est plus nouveau ».. La nouveauté, l'originalité du Théâtre Louis Jouvet, tient dans le scrupule de ne rien présenter que d'achevé et de vivant, dans un souci de logique qui est l'ordre dans lequel se rangent les éléments d'un spectacle, dans un besoin de clarté, de mesure, dans la ferveur de sa foi, dans la joie de son métier. A ces traits, vous reconnaîtrez que ces artistes ont su rester des artisans. Tout ce qui est de théâtre, ils le savent, d'étude et de pratique, de l'esprit et de la main. Mais leur jeunesse l'emporte sur leur expérience. Une jeunesse merveilleuse, toujours en éveil et cependant toujours disciplinée. Ajoutez une noble fierté qui est aussi de la modestie.

[Régis Gignoux]

[La photo de Jouvet devant l'Athénée date de peu avant sa mort]


Commenter cet article