DOC_08 - Cette lumière qui éclaire les textes

Publié le par M

DOC_08 - Cette lumière qui éclaire les textes


* [Jean-Louis Barrault, le tragique comme présence solaire dans le Phèdre de Racine, 1946]
 

 

 

"Les lumières. On doit sentir constamment la présence du soleil. L’action commence à l’aube et se termine après le coucher du soleil. Le soleil manifestera d’autant plus intensément sa présence que la scène sera traversée de rayons. Jamais ce qu’on appelle un « plein-feu » de théâtre ne donnera autant l’impression brûlante du soleil que si celui-ci perce l’atmosphère par des faisceaux lumineux serrés. La présence du soleil se manifeste avec plus de force à travers les fentes d’une persienne qu’en plein milieu d’une plaine où tout, baigné par lui, est aplati.

 

Que les projecteurs soient « saignants ». Il suffit de fissures justement disposées dans les murs, et à travers lesquelles le soleil s’infiltrera, pour donner une impression de grande luminosité.

 

Les ombres. Les ombres, elles, doivent avoir des tonalités chaudes. Ce sont elles qui envelopperont la déclaration de Phèdre, ses invocations à Vénus, l’affolement des deux femmes à la scène 3 de l’acte III, le délire de Phèdre au IVe acte, etc.

 

Si les coins d’ombre et les points de lumière sont bien répartis, le décor est sauvé. Un bout de ciel, néanmoins, doit être réservé. Les personnages sont « enfermés », psychologiquement enveloppés, envoûtés par leurs passions : il nous faut donc devant les yeux un point lointain mais lumineux d’une sortie possible. Un coin de ciel comme un désir permanent.

 

Pour ce qui concerne l’encadrement de cette atmosphère de noirs et de blancs, on ne peut faire que des recommandations générales.

 

[...] Phèdre est une oeuvre classique, il faut être économe. Il ne faut aucun ornement ou accessoire extérieur à l’action.

 

[Jean-Louis Barrault, Mise en scène de Phèdre, Seuil, coll. « Points », 1972.]

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article