Meyerhold 1874-1940 : la « biomécanique » et la fin de « l’acteur phonographe »

Publié le par Maltern

Meyerhold 1874-1940 : la « biomécanique » et la fin de « l’acteur phonographe »

 

« Le théâtre du 19ème siècle était un théâtre parlant, [...] un tel acteur était un phonographe qui tous les jours faisait tourner des disques différents : au­jourd’hui un texte de Pouchkine, demain un de Molière. L’enseignement bio­mécanique doit rendre à l’acteur la plastique biologique perdue. L’acteur doit être physique­ment aisé, c’est-à-dire, avoir la vue infaillible et sentir à tous moments le centre de sa propre pesanteur : son équilibre corporel. Etant donné que l’art de l’acteur est une « création de formes plastiques dans l’es­pace », il doit apprendre et perfec­tionner la mécanique de son corps. »


Commenter cet article