Shakespeare 1564-1616 : Pyrame et Thisbé la parodie d’une tragédie

Publié le par Maltern


Shakespeare 1564-1616 : Pyrame et Thisbé  la parodie d’une tragédie

 

 

[Des amateurs montent une tragédie qui tourne à la catastrophe scénique pour le mariage de Thésée duc d’Athènes, 1596 : L’histoire tragique de Pyrame et Thisbé dans le Songe d’une nuit d’été est une pièce d’anthologie du théâtre dans le théâtre. Le Songe fut très probablement écrit à l’occasion d’un mariage aristocratique et peut-être créé en présence de la reine Elisabeth 1re. Shakespeare transforme cette tragédie souvent réécrite au Moyen Age et tiré des Métamorphoses d’Ovide, en une tragédie burlesque (« une drôlerie très tragique ») modèle du genre. Nous sommes dans la parodie. Des acteurs amateurs, artisans d’Athènes, décident de monter la tragédie en l’honneur de Thésée qui se marie. Malgré leur bonne volonté, il sont très mauvais. Le fiasco est total… Avec un humour parfois féroce, Shakespeare nous fait assister aux répétitions, à des solutions de mise en scène étonnantes et à un représentation ou le public aristocratique ne ménage pas ses commentaires en direct. Le texte nous renseigne indirectement, mais d’une manière assez précise, sur les codes du jeu tragique de l’époque, car ces mauvais acteurs ont quand même des modèles qu’ils imitent…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTE I, SCÈNE 2

 

Entrent QUINCE, charpentier, SNUG, menuisier, BOTTOM, tisserand, FLUTE, raccommodeur de soufflets, SNOUT, rétameur, et STARVELING, tailleur.

 

 

 

QUINCE

 

Toute la troupe est-elle ici?

 

BOTTOM

 

Vous feriez mieux de les appeler ensemble, l’un après l’autre, en suivant le papier.

 

QUINCE

 

Voici le registre des noms de tous ceux qui ont été jugés dignes dans tout Athènes de jouer notre intermède devant le duc et la duchesse, la nuit du jour de leurs noces.

 

BOTTOM

 

D’abord, bon Peter Quince, dites dé quoi traite la pièce; ensuite lisez le nom des acteurs; et comme ça nous arrive­rons à quelque chose.

 

QUINCE

 

Eh bien, notre pièce est « La très lamentable comédie, et la très cruelle mort de Pyrame et Thisbé  ».

 

BOTTOM

 

Une très belle œuvre, je vous assure, et drôle. À présent, bon Peter Quince, appelle les acteurs d’après le registre. Messieurs, écartez-vous.

 

QUINCE

 

Répondez quand je vous appelle. Nick Bottom, tisserand?

 

BOTTOM

 

Présent. Dites quel est mon rôle, et poursuivez.

 

QUINCE

 

Vous, Nick Bottom, vous êtes inscrit pour le rôle de Pyrame.

 

BOTTOM

 

Qu’est-ce que Pyrame? Un amoureux, ou un tyran?

 

QUINCE

 

Un amoureux qui se tue, fort vaillamment, par amour.

 

BOTTOM

 

Ça va demander des larmes pour bien jouer ça. Si je le fais, que le public prenne garde à ses yeux: je vais soule­ver des orages, je vais gémir comme il faut. Voyons les autres... pourtant mon penchant c’est surtout les tyrans. Je pourrais jouer Harcule2 fameusement, ou un rôle à beugler, à brailler, à tout faire éclater.

 

 

 

Les fracassants rocs,

 

Et frissonnants chocs,

 

Briseront d’un bloc

 

Les portes des prisons,

 

Et de Phibbus le char

 

Au lointain brillera

 

Fera et défera

 

Les destins sans raisons.

 

 

 

Ça c’était du sublime. À présent, nommez le reste des acteurs. Ça c’est la veine d’Harcule (sic), la veine d’un tyran un amoureux est plus plaintif.

 

QUINCE

 

Francis Flute, raccommodeur de soufflets ?

 

FLUTE

 

Je suis là, Peter Quince.

 

QUINCE

 

Flute, vous devez prendre sur vous le rôle de Thisbé.

 

FLUTE

 

Qu’est-ce que Thisbé? Un chevalier errant?

 

QUINCE

 

C’est la dame que doit aimer Pyrame.

 

FLUTE

 

Non, vraiment; ne me faites pas jouer une femme : j’ai la barbe qui me vient.

 

QUINCE

 

C’est égal : vous jouerez avec un masque, et vous prendrez une voix aussi petite que vous voulez.

 

BOTTOM

 

Si je peux cacher mon visage, laissez-moi aussi jouer Thisbé. Je prendrai une voix monstrueusement petite

 

 

 

- Thisné, Thisné!

 

- Ah, Pyrame! mon amant chéri! Ta Thisné chérie, et ta dame chérie.

 

 

 

QUINCE

 

Non, non : vous devez jouer Pyrame; et Flute, vous, Thisbé.

 

BOTTOM

 

Bon, continuez.

 

QUINCE

 

Robin Starveling, tailleur’?

 

STARVELING

 

Je suis là, Peter Quince.

 

QUINCE

 

Robin Starveling, vous devez jouer la mère de Thisbé. Tom Snout, rétameur ?

 

SNOUT

 

Je suis là, Peter Quince.

 

QUINCE

 

Vous, le père de Pyrame; moi-même, le père de Thisbé; Snug, menuisier, vous, le rôle du lion. Et voilà j’espère une pièce bien distribuée.

 

SNUG

 

Avez-vous le rôle du lion par écrit? Je vous en prie, si vous l’avez, donnez-le-moi: car je suis lent à apprendre.

 

QUINCE

 

Vous pouvez le faire en improvisation : car il n’y a que des rugissements.

 

BOTTOM

 

Laissez-moi jouer le lion aussi. Je rugirai si bien que ça réchauffera le coeur de tout le monde de m’entendre. Je rugirai si bien que je ferai dire au duc : « Qu’il rugisse encore ! qu’il rugisse encore ! »

 

QUINCE

 

Et si vous le faisiez d’une façon trop terrifiante, vous iriez effrayer la duchesse et les dames, qui se mettraient à crier et ce serait assez pour nous faire pendre tous.

 

TOUS

 

Ça nous ferait pendre tous tant que nous sommes.

 

BOTTOM

 

Je vous accorde, mes amis, que si vous deviez effrayer les dames et leur faire perdre l’esprit, il leur resterait juste assez de discernement pour nous faire pendre ; mais j’ag­graverai ma voix si bien que je vous rugirai aussi genti­ment qu’une colombe à la mamelle. Je vous rugirai comme si c’était un rossignol.

 

QUINCE

 

Vous ne pouvez pas jouer un autre rôle que Pyrame : car Pyrame est un homme de belle figure; un homme accom­pli comme on en rencontre un jour d’été ; un homme tout à fait charmant, un gentleman : aussi vous devez absolu­ment jouer Pyrame.

 

BOTTOM

 

Bon, je vais m’en charger. Quelle barbe m’irait le mieux pour jouer ça?

 

QUINCE

 

Ma foi, celle que vous voulez.

 

BOTTOM

 

Je vais interpréter ça soit avec une barbe couleur paille, ou une barbe orange foncé, ou une barbe vermillon, ou une barbe couleur d’écu français, un très joli jaune.

 

QUINCE

 

Il y a des écus français qui n’ont pas de poil du tout ; alors vous jouerez le visage glabre. Mais, messieurs, voici vos rôles, et je dois vous supplier, vous demander, et vous prier de les apprendre par coeur pour demain soir; ren­dez-vous au bois du palais, à un mile en dehors de la ville, au clair de lune; c’est là que nous allons répéter, car si nous nous donnons rendez-vous en ville, nous serons tra­qués par les gens, et nos idées seront découvertes. Dans l’intervalle, je vais établir une liste des accessoires qu’exige notre pièce. Je vous en prie, ne me faites pas faux bond.

 

BOTTOM

 

Nous serons au rendez-vous, et là nous pourrons répé­ter avec beaucoup d’obscénité et de courage. Faites des efforts, sachez tout par coeur : adieu.

 

QUINCE

 

Rendez-vous au chêne du duc.

 

BOTTOM

 

Suffit: tenez parole, ou bien honte à vous.

 

Ils sortent.

 

 

 

[ACTE III,  [SCÈNE I]

 

 

 

Entrent les rustres QUINCE, BOTTOM, SNUG, FLUTE, SNOUT et STARVELING.

 

BOTTOM

 

Sommes-nous tous réunis?

 

QUINCE

 

Pile à l’heure, pile à l’heure; et voici un endroit qui conviendra à merveille à notre répétition. Cette pelouse verte sera notre scène, ce buisson d’aubépines notre loge’, et nous allons mettre cela en action, comme nous le joue­rons devant le duc.

 

BOTTOM

 

Peter Quince?

 

QUINCE

 

Que dis-tu, brave Bottom?

 

BOTTOM

 

II y a des choses dans cette comédie de Pyrame et Thisbé qui ne plairont jamais. D’abord, Pyrame doit tirer son épée pour se tuer; ça, les dames ne le supporteront pas. Que répondez-vous à cela?

 

SNOUT

 

Par Notre-Dame, elles auront une peur terrible.

 

STARVELING

 

Je crois que nous devrions renoncer à la tuerie à la fin.

 

BOTTOM

 

Pas du tout : j’ai un moyen de tout arranger. Écrivez-moi un prologue, et que ce prologue ait l’air de dire que nous ne ferons aucun mal avec nos épées, et que Pyrame ne se tue pas pour de bon; et pour qu’elles soient encore plus rassurées, dites-leur que moi, Pyrame, je ne suis pas Pyrame, mais Bottom le tisserand : ça leur enlèvera la peur.

 

QUINCE

 

Bon, nous aurons ce prologue, et il sera écrit en vers de huit et de six syllabes.

 

BOTTOM

 

Non, mettez-en deux de plus; qu’on l’écrive en vers de huit et de huit.

 

SNOUT

 

Est-ce que les dames ne vont pas avoir peur du lion?

 

STARVELING

 

Je le crains, je vous assure.

 

BOTTOM

 

Messieurs, vous devriez bien réfléchir : amener (Dieu vous garde!) un lion parmi des dames est une chose tout à fait terrifiante. Car il n’y a pas au monde de gibier à plume plus redoutable que le lion ; et nous devrions y regarder à deux fois.

 

SNOUT

 

Alors, un autre prologue doit dire que ce n’est pas un lion.

 

BOTTOM

 

Non, il faut qu’on donne son nom, et qu’on voie la moitié de son visage à travers le cou du lion, et il faut que lui-même parle à travers, en disant comme ça, ou quelque chose d’accrochant : «Mesdames», ou «Belles dames», «Je vous prie », ou «Je vous demande », ou «Je vous sup­plie de ne pas avoir peur, de ne pas trembler : ma vie répond de la vôtre. Si vous pensez que je viens ici en lion, ce serait dommage pour ma vie. Non, je ne suis rien de tel : je suis un homme, comme les autres hommes » ; et là, ma foi, qu’il donne son nom, et qu’il leur dise carrément qu’il est Snug le menuisier.

 

QUINCE

 

Bon, on fera comme ça; mais il y a deux choses difficiles d’abord, amener le clair de lune dans une salle; car vous le savez, Pyrame et Thisbé se rencontrent au clair de lune.

 

SNOUT

 

Est-ce que la lune brille la nuit où nous jouerons la pièce?

 

BOTTOM

 

Un calendrier, un calendrier! Regardez dans l’almanach trouvez-moi le clair de lune, trouvez-moi le clair de lune.

 

QUINCE

 

Oui, elle brille cette nuit-là.

 

BOTTOM

 

Eh bien alors, nous pouvons laisser ouverte une des croi­sées de la fenêtre de la grande salle (où nous jouons) ; et la lune brillera par la croisée.

 

QUINCE

 

Oui, ou alors quelqu’un doit venir avec un fagot d’épines et une lanterne, et dire qu’il vient pour défigurer (sic) ou pour représenter la personne du Clair de Lune. Mais il y a une autre chose : nous devons avoir un mur dans la grande salle; car Pyrame et Thisbé (dit l’histoire) se par­laient à travers la fente d’un mur.

 

SNOUT

 

On ne pourra jamais faire entrer un mur. Qu’en dites-­vous, Bottom?

 

BOTTOM

 

Il faut que l’un ou l’autre d’entre nous représente le Mur; et qu’il ait du plâtre, ou de la terre glaise, ou de l’argile sur lui, pour signifier murs et qu’il tienne ses doigts comme ça; et à travers cette lézarde, Pyrame et Thisbé pourront chuchoter.

 

QUINCE

 

Si on peut faire comme ça, alors tout va bien. Asseyez-­vous, tous tant que vous êtes, et répétez vos rôles. Pyrame, vous commencez : quand vous aurez dit votre tirade, entrez dans ce fourré; et chacun fera de même au moment où c’est son tour.

 

 

 

Entre ROBIN BONGARÇON [PUCK]

 

 

 

ROBIN

 

Quels rustiques rustauds avons-nous ici qui fanfaronnent

 

Si près du berceau de la reine des fées?

 

Quoi, une pièce se prépare? Je serai spectateur,

 

Peut-être aussi acteur, si j’en vois l’occasion.

 

QUINCE

 

Parlez, Pyrame; Thisbé, avancez.

 

PYRAME [BOTTOMI

 

 

 

Thisbé, les fleurs aux suaves senteurs odieuses...

 

 

 

QUINCE

 

« Odieuses » ? « odorantes » !

 

PYRAME

 

Aux suaves senteurs odorantes,

 

 Comme ton souffle, ma chère Thisbé chérie.

 

Mais écoute, une voix : reste ici un moment,

 

Et bientôt près de toi je serai de retour.

 

Il sort.

 

[PUCK]

 

Le plus étrange Pyrame qu’on ait vu sur une scène.

 

[Il sort.]

 

 

 

THISBÉ [FLUTE]

 

Est-ce à moi de parler maintenant?

 

QUINCE

 

Oui, pardi, c’est à vous. Car vous devez comprendre qu’il ne sort que pour voir un bruit qu’il a entendu, et qu’il va revenir.

 

THISBÉ

 

Très radieux Pyrame, au teint blanc comme lys,

 

 Comme la rose rouge sur le noble églantier,

 

Alerte jouvenceau, et damoiseau exquis,

 

 Loyal comme un cheval jamais exténué,

 

Je te rejoins, Pyrame, au tombeau de Ninny.

 

QUINCE

 

Au « tombeau de Ninus », l’ami. Mais vous ne devez pas dire ça encore. Ça, c’est ce que vous répondez à Pyrame. Vous débitez tout votre rôle à la fois, toutes vos répliques d’affilée. - Pyrame, entrez ! votre réplique est passée c’est «jamais exténué ».

 

THISBÉ

 

Oh !... Loyal comme un cheval jamais exténué.

 

 

 

[Entre PYRAME [BOTTOM] qui porte une tête d’âne.]

 

[ROBIN BONGARÇON le suit.]

 

 

 

PYRAME

 

Si j’étais beau, Thisbé, je ne serais qu’à toi.

 

QUINCE

 

Ô monstrueux ! Ô étrange ! Nous sommes ensorcelés. Prions, messieurs, fuyons, messieurs! Au secours!

 

[Sortent Quince, Snug Flute, Snout et Staroeling.]

 

 

 

ROBIN [PUCKI

 

Vous danserez en rond : je vous donne la chasse,

 

À travers fourré, marais, ronce, buisson ;

 

Je serai tour à tour cheval, ou chien de chasse,

 

Tour a tour feu ardent, ours sans tête, ou cochon;

 

Hennissant, aboyant, grognant, grondant, brûlant,

 

Comme cheval, chien, ours, cochon, ou feu ardent.

 

Il sort.

 

[…]

 

 

 

[ACTE V, scène 1]

 

 

 

Entrent les amoureux: LYSANDRE, DÉMÉTRIUS, HERMIA et HÉLÉNA.

 

 

 

THÉSÉE

 

Voici venir les amoureux, pleins de joie et de gaieté.

 

Joie, tendres amis, que la joie et de fraîches journées d’amour

 

Accompagnent vos coeurs.

 

LYSANDRE

 

Plus encore qu’à nous-mêmes

 

Qu’elles vous servent d’escorte dans vos promenades royales, à votre table, dans votre lit.

 

THÉSÉE

 

Voyons maintenant : quelles mascarades, quelles danses avons-nous,

 

Pour user ce long siècle de trois heures­

 

Entre notre dessert et l’heure du coucher?

 

Où est l’habituel intendant de nos plaisirs?

 

Quelles réjouissances sont prévues? N’y a-t-il pas une pièce

 

Pour apaiser l’angoisse d’une heure torturante?

 

Appelez Philostrate.

 

PHILOSTRATE

 

Me voici, puissant Thésée.

 

THÉSÉE

 

Dites-moi, quel passe-temps avons-nous pour abréger cette

 

soirée ?

 

Quelle mascarade, quelle musique? Comment allons-nous

 

tromper

 

Le temps paresseux, sinon par quelque plaisir?

 

PHILOSTRATE [lui donnant une liste]

 

Voici une liste des divertissements qui sont prêts.

 

Choisissez celui que Votre Altesse veut voir en premier.

 

Publié dans 1- Comique et Tragique

Commenter cet article